Education et emancipation

L'éducation demeure une étape clé dans l'émancipation des femmes

Dans les pays à faible revenu, l’accès des femmes à l’éducation est un facteur clé du développement, à la fois sur le plan économique et social. C’est pourquoi, les ONG et la communauté internationale investissent de plus en plus dans l’éducation des jeunes filles.

Un constat universel

Une chose est désormais certaine : les filles ont un rôle essentiel à jouer dans le développement économique et social de leur pays. Voici quelques chiffres pour illustrer l’impact qu'elles peuvent avoir dans les domaines de l'éducation et de la santé :

  • Selon la Banque mondiale, les enfants dont la mère n’a pas été à l’école courent deux fois plus de risques de ne pas être scolarisés que les enfants dont la mère a fait des études.
  • Lorsque les femmes et les jeunes filles ont un revenu, elles réinvestissent en moyenne 90 % de ce revenu dans leur famille – notamment pour permettre à leurs enfants d'aller à l'école – tandis que pour les hommes ce taux n'atteint pas plus de 40 %.
  • Quand une femme est en bonne santé, la santé de sa communauté s'améliore et on observe une chute des taux de mortalité maternelle, de malnutrition et de contamination par le VIH.

Cette prise de conscience est très récente. En effet, c’est seulement en 1995, lors de la 4ème conférence mondiale sur les femmes qui a eu lieu à Pékin, que 189 États ont signé une Déclaration qui les exhortait à tout mettre en œuvre pour l’égalité des sexes. Au cours des 15 dernières années, on a vu se multiplier les initiatives de l’UNESCO et de la Banque mondiale en faveur des jeunes filles des pays en développement afin qu’elles puissent poursuivre leur scolarisation jusqu’à la fin du secondaire. Néanmoins, beaucoup reste à faire. En 2010, la Banque mondiale estimait que les filles représentaient encore plus de la moitié des 67,5 millions d'enfants privés d'école dans le monde, tandis que les deux tiers des 796 millions d'adultes analphabètes étaient des femmes.

Les initiatives se multiplient mais les financements se font rares

Alors que Natalie Portman et l’organisme humanitaire Enfants Entraides viennent de lancer la compétition Filles solidaires pour soutenir le projet d’une école secondaire pour filles au Kenya. De son côté Anne Hathaway soutient la campagne Girl Effect qui a pour but de financer les études de jeunes adolescentes des pays en développement pour qu’elles deviennent des entrepreneurs et créent des emplois dans leur communauté. En France, c'est l'animatrice Alexandra Kazan qui s'engage en faveur des femmes en étant, depuis 17 ans déjà, la marraine de l'association Aide et Action qui lutte contre l’analphabétisation des femmes dans le monde.

Envie de réagir à cette vidéo? Cliquez ici !

La communauté internationale s'applique à mieux prendre en compte la question de l’égalité homme-femme dans les projets de développement,. Cependant, malgré ces efforts, les fonds alloués à l’aide aux adolescentes demeurent inférieurs à ce qui serait nécessaire pour permettre que des jeunes filles scolarisées aujourd’hui deviennent les actrices du développement de demain. Début 2011, la Banque mondiale estimait que moins de 2 % des sommes investies dans le développement international étaient consacrées aux adolescentes.

Connaissiez-vous le Girl Effect ?
Quelle est, selon vous, la force la plus susceptible de vaincre à la fois la pauvreté, la famine et les maladies ? Ce n'est pas Internet, ce  n'est pas l'argent, ni les gouvernements ou les ONG... Mais des filles de 12 ans.
Elles sont 50 millions à vivre dans les communautés les plus pauvres du monde et en leur offrant la possibilité d'achever leurs études, Girl Effect comptent bien les aider à changer la face du monde. Le site Youthink! a recueilli les témoignages en image de quatre jeunes bénéficiaires du projet (Voir la vidéo ci-dessus).

A découvrir

Femmes, sida et développement durable : quel est le lien ?

Femmes, sida et développement durable : quel est

Dans les pays pauvres, le sida est la principale cause de mortalité chez les femmes...

Les femmes sont les principaux agents de la lutte contre la pauvreté

Les femmes sont les principaux agents de la lutte

Les femmes représentent 70 % des personnes les plus pauvres au monde. Mais elles...

Annonces idlead