Rachel carson

Rachel Carson ou l'origine du militantisme écologique

Rachel Louise Carson (1907-1964), biologiste et écrivain américaine considérée comme l’une des mères de l’écoféminisme et du mouvement écologiste tel qu’on le connait aujourd’hui. En rendant des notions scientifiques complexes accessibles au plus grand nombre, elle a fait entrer l’écologie dans le débat politique.

Rachel Carson, pionnière de la vulgarisation scientifique

Née en 1097 en Pennsylvanie, Rachel Carson se passionne, très jeune, pour la nature et plus particulièrement pour la mer. Elle obtient un diplôme de Master en Biologie en 1932 et sera contrainte de renoncer au doctorat afin de trouver un emploi pour subvenir aux besoins de sa famille alors en difficulté. Elle occupe temporairement un poste au Bureau des pêches des États-Unis pour lequel elle rédige des textes destinés à une émission de radio pédagogique intitulée Poésie sous les eaux.

Dans les années 35-40, Rachel Carson commence à envoyer des articles de vulgarisation scientifique sur la zoologie marine à des journaux et magazines locaux, puis décide en 1941 d’adapter une série de ces articles pour en faire un livre dont le titre sera Sous le vent de la mer. Ce livre lui confère une reconnaissance suffisante pour l’encourager à travailler comme auteur à plein temps et à approfondir ses recherches sur les rapports qu’entretiennent les humains avec la nature.

Printemps Silencieux, ouvrage fondateur du militantisme écologique

Publié en 1962, son livre Printemps silencieux a fait l’effet d’une bombe aux États-Unis. Elle y dénonce la pollution et l’utilisation de produits chimiques dans l’agriculture qui menacent d’avoir des effets irréversibles sur l’environnement et sur les hommes. L’ouvrage, qui connait un grand succès, est à la fois une démonstration scientifique rigoureuse et un récit raconté avec une impressionnante force de conviction, mêlant raison et émotion, discours scientifique et militantisme. Les écologistes, et peut-être tout particulièrement les écoféministes, considèrent ce livre comme une référence intemporelle car il pose en effet les bases du mouvement de défense de l’environnement, proposant un argumentaire précis qui prend en compte les enjeux à la fois économiques et politiques de l’environnement.

Pendant les années qui suivent, Rachel Carson est régulièrement attaquée par l’industrie chimique et par des membres du gouvernement américain qui lui reprochent d’être beaucoup trop alarmiste. Elle leur tient tête en expliquant que la pollution n’est pas uniquement une menace pour la nature et pour les espèces animales mais aussi pour tous les êtres humains qui souffriront des dommages infligés à l’ensemble de l’écosystème. En 1963, elle prononce un discours devant le Congrès américain, exigeant que soient mises en place de nouvelles mesures pour protéger la santé humaine et l’environnement.

Création de l'Agence de protection de l'environnement aux Etats-Unis

Elle meurt en 1964 d’un cancer du sein, après avoir semer les graines qui permettront à d’autres de prendre le relais et de pousser le gouvernement à créer des instances de contrôle telles que l'Agence de protection de l'environnement (1970) et le Fonds de défense environnemental (1967) qui obtiendra en 1972 l’interdiction d’utiliser du pesticide DDT aux États-Unis. Les livres de Carson et les débats qu’ils ont fait naître ont largement contribué à l’émergence de mouvements écologistes à l’international.

A découvrir

Ecoféminisme : quand développement durable rime avec femme et écologie

Ecoféminisme : quand développement durable rime

L’écoféministe défend l’idée que la domination imposée par les hommes, à...

Françoise d'Eaubonne

Françoise d'Eaubonne

Écrivain et militante féministe, Françoise d’Eaubonne était avant tout une...

Vandana Shiva, son combat contre les OGM

Vandana Shiva, son combat contre les OGM

Cette physicienne indienne est une figure de proue de l’écologie moderne. Vandana...

Annonces idlead